Brest

11 nov Brest

Le vent soufflait sans cesse
Des hymnes de tristesse
Aux quatre chemins de l’ivresse
Dans les rues de Brest,
Un couple sans adresse
Souffrait dans leur faiblesse

Leur langage courait éperdu
Du silence de l’étendue
Oublié comme le pendu
Sur sa branche tenue,
Un couple errait dans les rues
Et Brest se fichait de ces inconnus

La nuit, puis l’averse
Fuyait de leur âme en détresse
Perlant leur visage de caresse
D’humilité de tendresse
Un couple séparé se laisse
Dans les rues de Brest

Lui dans sa vie de tordu
Elle, à l’aventure, l’inattendu
Ils s’en vont convaincus
De s’être perdus
Mais errant dans les rues
Brest sait et attend ces inconnus